TÉLÉCHARGER LA SENTINELLE DES MAUDITS

Pour découvrir d’autres films: Winner bouclera ensuite la boucle en retournant en Grande-Bretagne pour un remake honnête et volontairement sans glamour du Grand Sommeil à Londres. Votre avis sur La Sentinelle des maudits? Mais au-delà de la curiosité d’un tel objet cinématographique, « la Sentinelle des Maudits » puisque c’est son titre français est-elle un bon film? Beaucoup d’acteurs célèbres mais pas en tête d’affiche: Le résultat est une conflagration:

Nom: la sentinelle des maudits
Format: Fichier D’archive
Système d’exploitation: Windows, Mac, Android, iOS
Licence: Usage Personnel Seulement
Taille: 41.37 MBytes

Un soupçon de « Rosemary’s Baby », un soupçon de « L’Exorciste », voici le mélange de cet excellent thriller horrifique réalisé en par Michael Winner Un Justicier dans la Ville , Winner s’avère excellent dans l’art de filmer l’horreur. Et bien plutôt oui. La fin est en revanche plus intéressante car elle justifie le titre du film. Suivre son activité abonnés Lire ses 1 critiques. Je n’aime pas trop les films de maisons hantees mais je dois avouer que celui là possede un charme indéniable. Un film méconnu mais vraiment intéressant. Mais au-delà de la curiosité d’un tel objet cinématographique, « la Sentinelle des Maudits » puisque c’est son titre français est-elle un bon film?

Suivre son activité abonnés Lire ses 3 critiques. Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 1 critiques. Suivre son activité 7 abonnés Lire ses critiques.

Suivre sentnelle activité 8 abonnés Lire ses 1 critiques. Suivre son activité 1 abonné Lire ses 97 critiques. Suivre son activité abonnés Lire ses critiques. Suivre son activité 59 abonnés Lire ses critiques. Suivre son activité abonnés Lire ses 2 critiques.

la sentinelle des maudits

Lw son activité abonnés Lire ses 7 critiques. Suivre son activité 1 abonné Lire ses 12 critiques. Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 1 critiques. Suivre son activité abonnés Lire ses 1 critiques. Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 1 critiques. Suivre son activité abonnés Lire ses 5 critiques.

la sentinelle des maudits

La Sentinelle des maudits. Votre avis sur La Sentinelle des maudits? Trier par Ddes les plus récentes Critiques les plus utiles Par les membres ayant fait le plus de critiques Par les membres ayant le plus d’abonnés. Whaouh, pour un film deon reste dans une force de suspense et de trouille réelle.

La sentinelle des maudits – la critique du film

La galerie de personnages est totalement déjantée et flippante, le rythme est excellent, ce qui est à noter pour un film de cette époque.

Ne le regardez pas dans le noir et seul sous peine d’avoir vraiment vraiment peur. FB facebook TW Tweet. La sentinelle des maudits est un film très moyennement intéressant.

Le film sonne faux dans sa mise en scène on a l’impression de regarder un mauvais film d’horreur des années Beaucoup d’acteurs célèbres mais pas en tête d’affiche: En revanche, Chris Sarandon est une catastrophe, il est impassible durant tout le film, à croire qu’il fait exprès de mal jouer. L’histoire utilise des ficelles classiques du genre: La fin est en revanche plus intéressante car elle justifie le titre du film.

Mais au final, ça ne passe pas trois pattes à un canard. Suite à un ancien traumatisme parental et tentative de suicide, une mannequin bien cotée emménage dans un appartement new-yorkais pour se retrouver.

Une bonne surprise, le scénario met un peu de temps à se dessiner mais s’avère bien plus intelligent que dans la plupart des films d’ épouvantes. Dommage la réalisation est souvent inégale alternant des passages qui font plus penser à de la série B avec des scènes plus convaincantes.

Ce qui est étonnant aussi dans le film c’est le casting ou l’on retrouve à tout les niveaux des acteurs excellents et même des futurs stars qui font de la figuration.

Michael Winner est un très bon réalisateur et quelques un de ses films sont cultes un justicier dans la ville, scorpio, le flingueur mais ce film est une catastrophe! Dommage que la toute dernière partie grand-guignolesque et absurde vienne gâcher cet excellent film d’épouvante, très captivant, bien composé et se permettant de côtoyer de près des oeuvres références comme Rosemary’s Baby ou l’Au delà.

  TÉLÉCHARGER JOOST WINDOWS 7

J’ai adoré le mystère autour de l’appartement du prêtre, l’occultisme, la foi retrouvée de l’héroïne, la prophétie de la sentinelle, etc, la tension est remarquable et certains plans restent déjà en mémoire. Mais la fin, bwarf, sans trop en dire ça va un peu loin quand même, dans le sens où jusque là le film restait dans une forme de retenue qui fonctionnait très bien, un peu frustré, sinon c’est top. A noter quelques seconds rôles prestigieux: Le réalisateur, toujours prêt à tomber dans tous les excès pour provoquer le spectateur, ose des scènes étranges la visite chez les deux lesbiennes vaut son pesant de cacahuètes et se permet finalement de renvoyer tous les protagonistes dos à dos.

On le compare à Rosemary Baby c’est moins bien, on le compare à l’Exorciste à c’est beaucoup mieux. Le film n’est pas sans défaut, il y règne une certaine confusion qui ne se dissipe pas totalement à la fin, de plus le rôle principal masculin est bien fade. Mais sinon c’est asses bluffant avec des images superbes et parfois surprenantes où se mêle horreur et un certain érotisme. L’actrice principale Cristina Raines est très belle. Cela dit, et malgré un couple Cristina Raines – Chris Sarandon beau mais un peu fade, je me suis vite laissé prendre au jeu de cette histoire qui, à défaut d’être renversante, s’avère en définitive assez cohérente et réservant de vrais beaux moments.

Le décor est à ce titre bien exploité, participant pleinement à cette impression d’étrangeté régnant du début à la fin, accentué par l’invraisemblable galerie de seconds rôles présente, plus ou moins exploités n’empêche, Ava Gardner, Arthur Kennedy, Eli Wallach, Christopher Walken, Martin Balsam, José Ferrer, John Carradine, Jeff Goldblum et le toujours génial Burgess Meredith, qui dit mieux? Enfin, sans être renversant, le dénouement a le mérite d’éviter le Happy end total, offrant encore un peu plus de crédit à une entreprise qui, sans être majeure, s’avère une curiosité des plus fréquentables: Depuis « Un justicier dans la ville » enle réalisateur anglais Michael Winner est devenu bancable à Hollywood.

Il n’est donc pas étonnant que l’Universal se tourne vers lui pour mettre en image cette petite production destinée à surfer sur la vague des films horrifiques religieux en vogue depuis les succès de « Rosemary’s baby » Roman Polanski,de « L’exorcisme » William Friedkin, et de « La malédiction » Richard Donner, Avec un casting de vieilles gloires mené par Chris Sarandon et la très jolie Cristina Raines déjà vue chez Robert Altman dans « Nashville »Michael Winner très inspiré par Polanski cité plus haut livre une histoire à mi-chemin entre le simple film de maison hantée et la réflexion sur la religion, dernier refuge contre les forces de Satan qui tentent d’envahir l’univers.

Comme souvent chez Winner les films de pur divertissement ont un sous-texte social assez tranché régulièrement vilipendé par la critique comme trop radical. C’est ici la dérive de la société vers la superficialité qui est dénoncée à travers l’univers de la mode symbolisé par le personnage d’Alison Cristina Raines Spoiler: Tout ceci est un peu alambiqué et la volonté de Winner de coller aux grands principes de « Rosemary’s baby » ainsi que le manque de moyens lui font souvent emprunter des chemins tortueux déroutants.

Bref on s’ennuie parfois si n’était le joli minois de Cristina Raines. Les meilleures scènes restent les quelques fulgurances réussies par Winner notamment dans le portrait des résidents de la villa maudite où emménage Alison le couple lesbien très fun. Le tout un peu soporifique dégage malgré tout un côté old school fort sympathique renforcé par son défilé de vedettes sur le retour Ava GardnerJohn Carradine, Burgess Meredith et de jeunes pousses encore inconnues Christopher Walken, Tom Berenger, Jeff Goldblum.

Drôle de film que ce « The Sentinel » à ne pas confondre avec la série qui fit les beaux jours de M6. Film d’épouvante oublié car quasiment invisible depuis sa sortie en France, le film de Michael Winner n’en demeure pas moins intéressant.

  TÉLÉCHARGER PSP GRADER GRATUIT

Premièrement car il s’agit de la seule incursion du réalisateur de « Deathwish » dans le registre de l’horreur. Mais au-delà de la curiosité d’un tel objet cinématographique, « la Sentinelle des Maudits » puisque c’est son titre français est-elle un bon film? Et bien plutôt oui. Certes Winner n’est pas Friedkin ni Polanski.

Son film est moins subtil que le « Locataire » par exemple avec lequel il partage quelques points communs. Son héroïne campée par la très jolie Cristina Raines ne rentrera donc pas au Panthéon des films d’horreur aux côtés de Reagan et Rosemary, mais il se savoure comme une bonne série B horrifique à la trame archi-connue, plombée par des personnage et des sous-intrigues inutiles au hasard le petit-copain joué par Chris Sarandon, sorte de Mark Ruffalo inexpressif et moustachu dont le passé fait surgir une enquête policière dont on se serait bien passéune B.

La Sentinelle des maudits — Wikipédia

C’est bien quand il délaisse la suggestion au profit de la représentation du surnaturel que le film devient réellement intéressant. En cela, le troisième acte marque les esprits durablement.

Si l’emploi de personnes atteintes de difformités physiques pour jouer les âmes des morts peuplant l’enfer est moralement plus que discutable il n’y avait donc pas d’associations à dss Les corps et les visages déformés, suppliciés évoquant maudis illustrations de Gustave Doré pour la « Divine Comédie » de Dante d’ailleurs cité dans le film à travers l’inscription présente sur la porte de l’enfer.

La Sentinelle des maudits

En quelques scènes, véritables tableaux horrifiques, Winner réussit l’une des plus marquantes représentation de l’enfer au cinéma. Dommage qu’il plombe les derniers instants du film, la conclusion tombant dans une bondieuserie flirtant avec le prosélytisme et éloignant encore cette « Sentinelle des Maudits » du statut de grand film d’horreur.

Un film à re découvrir néanmoins. Sentindlle film méconnu mais vraiment intéressant. La sentinelle des maudits est beaucoup moins réussi que Le locataire ou rosemary’s baby car il sentinellle une réelle intensité dramatique et une mise en scène efficace.

Par exemple l’intrigue policière est inutile et n’apporte rien au récit. Néanmoins le film propose des scènes vraiment effrayantes la vision des fantômes et en cela il rivalise avec les grands films d’épouvante. L’Atmosphère donné au film augment au fur et a mesure pour terminer avec une bonne dose de frissons.

Si la sentinelle des maudits viens après Rosemary’s baby et l’exorciste,il n’en reste pas moins excellent dans le genre.

Plusieurs pistes sont possible durant le film et la fin n’est pas la plus attendue. Un film honteusement oublié, qui se hisse sans forcer à la hauteur d’un Rosemary’s Baby. Sous couvert d’une intrigue classique d’emménagement dans un appartement, une jeune femme va prendre conscience que ses voisins sont très étranges, et surtout, que certains n’habitent pas dans les appartements, certains étant inoccupés depuis de longues années.

Un pitch de départ formidable, qui nous emmènera là où on se s’attendait pas. Le casting est tout simplement impeccable et pour cause, un casting brillant est au rendez-vouset l’idéologie catholique n’est pas malmenée comme on pouvait s’y attendre. Ce n’est pas l’Exorciste, mais ça réserve quelques moments de belle trouille qui devraient imprimer la rétine pendant quelques temps.

Surfant sur le succès de Rosemary’s baby et de L’Exorciste Michael Winner plutôt habitué au film musclé réalise avec avec La Sentinelle des maudits un bon film d’épouvante typique des années 70 et bénéficiant d’un casting impressionnant. L’ambiance mystérieuse et eentinelle de La Sentinelle des maudits marche parfaitement pour finir avec un final flippant et terrifiant.

Les meilleurs films de tous les temps.

admin